Haut A propos de Roxell Actualités Le système d’alimentation par assiette de Roxell constitue l’alternative au traitement du bec

Le système d’alimentation par assiette de Roxell constitue l’alternative au traitement du bec
27-03-2018

Jan Hoving de Zeewolde (NL) a testé cette solution Roxell dans son entreprise d’élevage. Pour lui, le choix du polissage naturel du bec n’est qu’une simple question de bon sens.

 

 

 

 

À compter du 1er septembre 2018, le traitement du bec des volailles sera interdit aux Pays-Bas. Cette intervention douloureuse et stressante est une solution de routine et a pour fonction de prévenir le picage des plumes. L’interdiction du traitement du bec ne résout pas le problème des blessures entre volailles. Mieux vaut prévenir que guérir. Roxell propose l’alternative qui tient compte à la fois du bien-être animal et de la réalité économique des couvoirs et des éleveurs de volailles. Le « Natural Beak Smoothing » (polissage naturel du bec) est un développement tout récent ; il est maintenant en vente chez Roxell.

 « Nous utilisons les systèmes Roxell dans notre entreprise depuis 1999 », explique Jan Hoving. « Ce sont des produits de haute qualité sur lesquels vous pouvez compter. Roxell ne met pas sans raison quelque chose sur le marché. Un produit tel que le polissage naturel du bec est tout simplement une solution parfaitement réfléchie à un problème actuel. »

 « Le polissage naturel du bec a été testé dans mon entreprise. Mes assiettes Vitoo existantes pour la période d’élevage des poules repros chair ont simplement été pourvues d’une nouvelle partie inférieure dotée d’une structure rugueuse. Pendant que les volailles mangent, leur bec frotte contre la structure rugueuse. Cela permet de contrôler la croissance du bec de manière naturelle. Les volailles présentent ainsi des becs bien formés. Aujourd’hui, un système d’alimentation à chaîne n’offre pas d’alternative à l’interdiction des traitements du bec. Les systèmes d’alimentation à assiette pour les poules repros de Roxell eux en constituent bien une. Si vous tenez à mettre fin à ces traitements douloureux et au picage de plumes, vous aurez alors rapidement fait votre choix. »

 Réponses aux questions ayant trait aux aspects financiers du polissage naturel du bec

« Au cours des essais du polissage naturel du bec, je n’ai pas manqué de me poser un certain nombre de questions. Quelle est la durée de vie de l’assiette inférieure ? Combien de temps cette structure rugueuse restera-t-elle aiguisée ? Et ce profilé fin est-il facile à nettoyer ? Au cours de cette phase d’essai, Roxell et moi avons obtenu des réponses à ces questions. Je n’ai pas, personnellement, après 2 ans, noté la moindre perte de rugosité. Mieux encore, Roxell affirme que les assiettes inférieures feront leur travail pendant 10 ans au moins. Le polissage naturel du bec ne requiert pas non plus de lourds investissements. Au niveau des finances, tout semble coller, même à long terme. Pour ce qui est du nettoyage de ces profilés fins, cela non plus ne pose pas de problème. »

Apprendre à parler « poulet »

Jan Hoving a démarré une exploitation agricole en 1984 et n’a construit son premier hangar d’élevage que 15 ans plus tard. Lorsqu’on lui demande comment il a appris le métier, voici ce qu’il nous répond : « J’ai appris à parler « poulet ». Par parler « poulet », j’entends que j’ai investi dans des systèmes qui tiennent compte du comportement naturel des poulets. À cela s’ajoute que je souhaite des systèmes faciles à gérer. Par exemple, je joue sur la température dans les bâtiments et j’observe le comportement des volailles à cet égard. Je corrige certains paramètres jusqu’à ce que tout soit parfait. J’ai appris que cette gestion spécifique est importante pour obtenir de bons résultats.

 L’avenir avec encore plus de personnes

Jan Hoving est un entrepreneur qui tient à aller de l’avant. En 2014, il a acheté une société de production pour poules repros chair à Groningen dans le nord des Pays-Bas. Il existe bien entendu d’autres plans d’investissement et d’expansion. Mais l’un des plus grands défis dans ce contexte est de trouver des personnes qui veulent apprendre le métier et développer la même passion que Jan. Une opportunité donc pour les personnes qui voudraient apprendre à parler « poulet ».

 
 

Aperçu des actualités